ABUS DANGEREUX #132 : The Devil Makes Three

Commandez Abus Dangereux 132 !

5€ le numéro avec le cd sampler, 20€ l’abonnement (23€ hors France) d’un an pour 5 numéros (et les 5 cd sampler!) ou 38€ l’abonnement de 2 ans pour 10 numéros : c’est par  !

44 pages (+ CD sampler 9 titres) avec interviews, colonnes, news, chroniques (cd, vinyles, livres, fanzines, dvd) etc… : The Devil Makes Three, Les Sheriff, Howe Gelb, rock en Chine, Born Bad, VvvV, Jim Yamouridis, Le Skeleton Band, Adieu Gary Cooper, Orouni, Frantic City Records, JM Sigrist, Red Eye Ball, Those Darlins, Normandy All Stars…

+

Sampler CD 9 titres : The Devil Makes Three, Adieu Gary Cooper, Frustration, Hookups, Jim Yamouridis, Le Skeleton Band, VvvV, Orouni, Casse Gueule.

Publié dans FACE-132, News | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

THE VICKERS & SWEAT LIKE AN APE – 3 octobre @ L’hérétic – Bordeaux

Des Freaks et du Style.

Les Sweat like an Ape ouvrent sur une polyphonie discordante à vous en faire retordre les gencives. Ces quatre girondins cultivent une énergie rare entre surf musique métissée de rythmes afro et bat cave de fête d’anniversaire (cf Birthday Party).

Le chanteur singe des pas doo wap et psalmodie un anglais viscéral tandis que son acolyte torture ces cordes à l’archet. Les deux guitares se répondent avec brio, l’une leadant des gimmicks colorés l’autre tranchant dans l’attaque. Cette rythmique implacable fait autant écho aux Talking Heads période  Fear of Music qu’au minimalisme des Wire.

Le final est une débandade de slides métalliques sur des accords angéliques. Du plus par du moins sur une traînée de givre.

Un groupe parfait ?

Les Small Faces.

Et pas que pour leur musique ; leurs tailles.

Après tout, porté des costards taillés sur pièce est une chose, mais ne pas déteindre par sa disgrâce physique en est une autre. L’apanage ne fait pas les moines. Sans parler des Monks et de leurs tonsures, les Vickers eux, en serait la tangente asymétrique.

Un groupe de Freaks dégingandés victimes d’une anomalie chromosomique.

Au vocal un troll de 2m10 touche presque le plafond et dissimule un nain trapu qui tape sur les fûts.

Vous l’aurez compris cela détone.

La musique ? J’y viens…

Et bien, dès les premières notes de « She’s lost » c’est de merveilleuses lignes de basse qui dessinent les contours d’une pop infusée sixties. Des nappes d’effets rappelant les formules couches du Tame Impala ; et pourtant cela sans un clavier.Une cuisine garage savamment policée qui brille de par sa clarté. Les Beatles y sont même revisités dans un pastiche méconnaissable de « Love you to ».

Ce grand bougre, par sa voix nasillarde passerait presque pour un bon géant…

Jeffers Waldo

Publié dans Concert | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Festival French Pop – 3 octobre @ Iboat – Bordeaux

Le musicien tarnais Julien Gasc ouvre le bal ;

Son EP « Cerf, Biche et Faon » récemment réédité sur Born Bad n’a rien d’un gastronomique festin Versaillais. Il nous ouvre bien plutôt sur l’intimité vacante de ce druide barbus.

Placé sous les feux avec son autre groupe Aquaserge, voilà qu’il reprend les rênes de sa formation solo avec un groupe exclusivement féminin. Le personnage, d’une timidité exiguë est de suite attachant par son manque d’assurance. Les morceaux flottent, soutenus par une cadence de claviers mono syllabiques et une batterie trébuchante. Mais bien voilà, c’est cette fragilité boiteuse qui charme. Dans un carcan punk mal assumé, sonnant comme du Eli & Jacno divorcé. Des morceaux comme « Tu m’as quitté » sont d’une simplicité brillante chantés par cette voix traînante, toujours dans le ton. Car ce qui en ressort, de façon sûrement moins élaboré qu’Aquaserge, sont ces mélodies laconiques chantés en crescendo. Jonglant avec des émotions rares qui dissimulent sa sophistication, il se suffit de peu. Après quelques blagues grommelés et un public intrigué autant que dépité, il passe au clavier conclure en duo.

En suivant, la troupe du fantasmagorique Dorian Pimpernel.

Nouvelle recrue de la famille Born Bad, ces esthètes de studio ont optimisé leur formule live en séquençant toutes leurs vieilles machines. La richesse de leur palette sonore est au service de mélodies résolument pop. Mais une pop « à rebours » niant tout raccourcis faciles.

Ainsi des ponts temporels s’échafaudent sur les ruines de l’école de Canterbury ou les cabarets de Düsseldorf le tout planant sur un carré de sucre acide.

Cultivant une antithéâtralité avoué ; le batteur, vrai métronome, tire le groupe à quatre épingles ; deux claviers aborent l’ensemble de motifs baroques ; tandis que le bassiste, mystérieux mac à lunette noire assis en fond de cale, tiens un groove assidus. Quant au cantateur (qui n’a rien d’un crooner), sa voix anormale (voir insupportable) se fait adorable sur des élans tels qu’ « Existantial suit » ou « Alflafa ». Sillonnant à contre-courant et dans l’ombre de leur petite sœur Moodoïd on espère un prochain rejeton à cette pierre rare qu’est « Allombon ».

Place à la tendance Moodoïd.

Pailletés et vêtues de « Folie pure », ils entament un show maîtrisé par un inédit de « Je suis la montagne » dès plus efficace. La suite est étonnamment 80′s, gorgé de synthétiseurs qui rappellent la mauvaise passe de ces années là. Le maestro Pablo, affirmant sa féminité solaire, essaye de plaquer des effets sur sa voix fluette.

S’en suit alors une panne de micro et des problèmes techniques insondables. Heureusement le personnage tiens en haleine son public en brevetant ces théories fumeuses.
Un « Bongo Bongo » érotico club remet tout le monde sur pied.
Des tubes tels que « La lune » se démarquent par leurs astucieux arrangements. Des intonations Gainsbouriennes aux breaks afro à casseroles tout y passe…
Mais ces « Chemins de traverses » forment vite un sac de nœuds qui nous ballonne. Cette poudre de perlimpinpin serait comme coupé à quelques substances indigestes…

Möö ?

Oui sûrement. En partie trop dilué pour trouver une quelconque cohérence stylistique dans ce foison d’influences somme toutes intéressantes.

Moralité?

Les masques ne font pas toujours l’apparat de la beauté.

Jeffers Waldo

Photo (c) sowat

Publié dans Concert | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

FREAKSHOW FESTIVAL

J’ai quitté Grenoble 1h30 plus tôt au moment où tombaient les premières gouttes de pluie. Arrivé ici sous le soleil, la vallée où se déroule le festival est toujours aussi bucolique, c’est beau, on dirait le sud (sans les cons). La disposition des chapiteaux qui vont abriter les 2 scènes, le bar, l’espace expo/vente de disque, en forme de cercle, fait très village d’irréductibles qui résisterait à la médiocrité ambiante.

Ici : c’est le FREAKSHOW !

Un vrai festival comme il faut, avec un premier jour où je ne connais qu’un des groupes qui va jouer. Donc, là, tu dois faire confiance au travail du programmateur. Découvertes à tous les étages, et une poignée de grosses baffes. Comme à chaque fois, le job a été parfaitement exécuté.


Ça démarre par JESSICA 93 dans le nouvel espace qui a été aménagé sous l’arbre à lumières.

Boucles froides, Post Punk, Noise, Electronico cheap, veste de surplus, boucles et pédales d’effets… soit le démarrage parfait pour définir la musique de 2014. Trip maladif et ‘dansable’ pour monde en fin de course. J’aime son album et ses concerts ! Maintenant, j’attends le nouveau disque.

Pour renouer avec l’esprit originel du festival où le public venait maquillé, de nombreux (enfin surtout de nombreuses) bénévoles se sont fait grimer dans un style Horroro-Rock’n’Roll… et ça a aussi déteint sur des spectateurs/trices…

Une des autres excellentes nouveautés : un ‘Monsieur’ Loyal qui introduit les concerts, appelle le public devant la scène, ce qui permet à l’immersion de se faire plus vite. Et c’est important puisque les groupes s’enchaînent sans temps mort !

Continuer la lecture

Publié dans Festival, Live, Photos | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

THE IMPLANTS + LAGWAGON + NOFX

Le Petit Trianon, Paris, jeudi 7 Août 2014

« It’s a Family Affair ! »

The Implants, c’est une sorte de super-group formé d’ex et/ou actuels Strung Out, Pulley, Ten Foot Pole, The Tank… Le quintet californien balance un Hard Core qui ne

renie pas ses racines Métal. Pas Crossover, ni un truc dans le délire Tough Guy qui ne s’assume pas. Mais comme une majorité d’américains ayant atteint la quarantaine, ils ont été nourris par ce qui passait à la radio durant leur adolescence, c’est-à-dire plein de trucs Heavy. Et ça se ressent dans la musique de The Implants (duels de guitares mais version

Hard Core) ! J’avoue que je m’attendais davantage à un groupe Punk à roulettes / Hardcore Mélo… En fait, je ne connaissais aucun des 3 groupes avant de venir.

Le projet était surtout de faire une virée à Paris avec des potes. Le concert était un prétexte. Et ça me branchait vraiment de voir ce que ça donne en live. J’ai vu et j’en ai pris plein la gueule ! Merci !!

The Implants joue un peu sur le registre mélodique, notamment grâce au travail sur les voix. Cependant, le son un peu brouillon et un batteur qui aime bien nous mettre la tête dans la lessiveuse (eh oui on ne porte pas un T-shirt 7 Seconds impunément) rendent le tout beaucoup plus viril qu’attendu, mais pas inintéressant. Bien plus que ça même : c’était un concert vachement prenant où je me suis vite retrouvé à hurler sur des morceaux que je ne connaissais pas mais qui m’ont bien régalé.

Continuer la lecture

Publié dans Concert, Live, News, Photos, Vidéos | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

X-Treme Fest

X-Treme Fest, du 1er au 3 août 2014, à Albi, Parc des Expos

Jour 1, 01/08/2014

Bien que l’on ait TOUJOURS refusé de se pointer sur un festival qui programme des scènes qui se chevauchent, l’effort qui est fait de mettre grosses machines et groupes plus modestes sur l’affiche, ainsi que les charnières temporelles plutôt courtes, font que c’est parti ! Yeeehaaah !! Courrons vers Albi avec les copains audois (mais pas à l’oeil) et hop pim pam, après le check avec l’équipe des photographes qui ouvre ses portes à votre non-serviteur, le premier groupe SEYLEN (Sélection Music in Tarn) est déjà en place pour envoyer un metalcore heavy et puissant doté d’un gros son, pas mauvais du tout.

ABORTED est introduit de bien grandiloquente manière mais la grosse attente du public fera comprendre rapido que ce n’est pas pour du cinéma qu’il est venu, mais bien pour un méchant brutal death super carré terribeul qui distribue mandale sur mandale. Affublé du meilleur nom du fest’, les DEAD KRAZUKIES balancent sur la petite scène un punk mélo plutôt agréable et énergique avec trombone en option.

Les REBEL ASSHOLES font eux dans le punk hxc mélodique (on pense souvent aux BURNING HEADS, NOFX and co), disons qu’il faut aimer. On préfère de loin, question de goût, les furieux de REAL DEAL qui performent un hardcore enragé. Une très bonne surprise ! Rien d’original mais de l’énergie à revendre. De l’énergie, y’en a aussi chez GOJIRA. Il suffit d’entendre le monstrueux The Heaviest Matter of the Universe, carton impérial à tous les coups. Un bon gros groupe de scène, faut juste aimer (comprendre ?) le cérémonial du wall of death dicté. Ceci dit, si les gens aiment jouer les marionnettes hein…

On enchaîne avec THE BLACK ZOMBIE PROCESSION qui nous avoine la tronche avec un thrashcore punky et punchy. Encore une bonne surprise dans le rayon des groupes qui ont une méchante présence scénique, suffisamment de technique pour tenir la route, suffisamment de plaisir pour allumer l’incendie dans la fosse : yeeehaaah ! Après tout ça, SMOKE DELUXE passe à la trappe (pardon) et on se retrouve comme une fleur (déjà sévèrement fânée) devant LES SHERIFF (idoles de la maison depuis toujours) et on se rend compte que si les enchainements s’avèrent plus longs, ça reste finalement du bon SHERIFF, même si l’absence de Michel est cruciale dans le régime du moteur. Nonobstant les mimiques et gestes ridicules dignes d’un guide du poseur en société chevelu, HAVOC avoinent sec avec leur speed / thrash à la KREATOR / EXODUS mais ne cassent pas forcément des briques à un canard.

Gourmand premier jour, le temps de prendre trois pintes sur les genoux et il est déjà l’heure de rejoindre la secte des yeux mécaniques et de descendre quelques verres avant un coucher salvateur, si un certain boxer et deux perruches sont d’accord…

Continuer la lecture

Publié dans Concert, Festival, Live, News, Photos | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

MICAH P. HINSON – Léger comme une plume de plomb

Micah P. Hinson, son physique d’asperge, sa voix chevrotante et sa country déglinguée ont toujours donné l’impression qu’il sortait d’un film des frères Cohen. Il est de ces personnages qui combattent des souvenirs douloureux par un humour mystérieux, plein de tendresse. Après trois ans de silence, il revient nourrir notre imaginaire avec treize chansons pétries de larmes et d’espoir qui ne laisseront pas indifférents les cœurs de cow-boys solitaires.

Il faut dire que Micah a toujours plus ressemblé à un survivant qu’à un chanteur de rock, malgré son look de dandy du siècle dernier. On est cette fois-ci frappé par sa maigreur de coyote efflanqué, rehaussée d’énormes lunettes d’écaille qui lui donnent un regard lointain, comme si ce qu’il avait vu ne pouvait pas être raconté. Et c’est pourtant par les mots, simples et directs, autant que par sa musique chargée de clichés intemporels, qu’il nous donne à partager dans ce septième album son espoir en l’amour, toujours en lutte avec une vision très déprimée du monde qui nous entoure. Mais chut, laissons-le raconter…

« The Nothing » semble avoir été structuré en miroir par rapport au « Pioneer Saboteurs », en commençant fort pour finir tout calme.

Ah oui, tu trouves ? L’album avec The Pioneer Saboteurs est bien la dernière chose à laquelle je pensais en enregistrant celui-ci. J’ai failli tout arrêter. Ce LP est plutôt un nouveau point de départ, pas du tout la continuation de mes précédentes œuvres.

Continuer la lecture

Publié dans Articles, FACE-130, Live, Photos | Marqué avec , , , , , , | Laisser un commentaire

JULIETTE DRAGON « Hurluburlesque »

Juliette Dragon : je suis un garçon manqué !


On aurait voulu titrer « Juliette Dragon : crache ton venin ! », mais d’une part c’est plutôt de feu qu’il s’agit, et d’autre part, la reine du Burlesque made in Paris (qui possède bien d’autres cordes à son arc) n’a rien d’une venimeuse. Un personnage et une personnalité qui ne distille qu’humanité, bon sens et culture rock bien affirmée. Une « belle personne » comme on dit aujourd’hui.

C’est à l’occasion d’un passage près d’Avignon dans un concert à Akwaba, entre Legendary Tiger Man et Pasteur Guy Band, que l’on coince Juliette Dragon dans l’Akwabus qui sert d’entrée, en plein mistral glacé. La veille, elle a joué avec son groupe Rikkha pour une de ses « Nuit fatale » qu’elle organise avec Seb Le Bison, son alter ego et compagnon. Puis elle a sauté dans un train pour un stage burlesque où elle nous livrera que deux des participantes étaient des militantes d’extrême droite, peu enclines à participer au thème « Gore burlesque » et même pas trop décidées à se déshabiller sur scène (!), ce qui expliquera une apparition très écourtée entre les deux rock’n roll band de la soirée. Ambiance sud-est !

Continuer la lecture

Publié dans Articles, Clip, FACE-131, Photos, Vidéos | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

ABUS DANGEREUX FACE 131 : LISA AND THE LIPS

Commandez Abus Dangereux 131 !

5€ le numéro avec le cd sampler, 20€ l’abonnement (23€ hors France) d’un an pour 5 numéros (et les 5 cd sampler!) ou 38€ l’abonnement de 2 ans pour 10 numéros : c’est par  !

44 pages (+ CD sampler 12 titres) avec interviews, colonnes, news, chroniques (cd, vinyles, livres, fanzines, dvd) etc… : Lisa And The Lips, The Afghan Whigs, Mars Red Sky, Attentat Sonore, Sunnyboys, Aqua Nebula Oscillator, Sudden Death Of Stars, Sheik Anorak, Meredith, Napoleon Solo, Human Toys, Juliette Dragon……
+
Sampler CD 10 titres : Lisa And The Lips, Mars Red Sky, Aqua Nebula Oscillator, Stephan Imobersteg & Patina, Sudden Death Of Stars, Meredith, Napoleon Solo, Sunnyboys, The Madcaps, The Satelliters.

Publié dans News | Marqué avec , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Mama Rosin @Rock School Barbey (Bordeaux)

Le 17 mai, Mama Rosin sera en concert à la Rock School Barbey à Bordeaux.

Image de prévisualisation YouTube

Seront également présents Adieu Gary Cooper et Blackbird Hill. Abus Dangereux est partenaire de cet événement et vous propose de gagner des places en répondant correctement à la question suivante :

Avec quel groupe Mama Rosin a partagé l’affiche le temps d’une tournée ?

(Les bonnes réponses seront départagées par tirage au sort.)

Plus d’infos sur cette soirée ou sur la tournée de Mama Rosin.

Publié dans Concert | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire